par Marie-Caroline
accèdez à nos discussions
Mon fantasme de femme : L'amour avec un inconnu

Marie-Caroline


Après bien des hésitations, Marie-Caroline accepte de raconter son fantasme le plus caché, le désir secret qu’elle n’a même jamais confié à sa meilleure amie.
« En fait l’idée m’est venue en regardant un film dans lequel une femme attendait un homme qu’elle ne connaissait pas dans une chambre d’hôtel. J’ai trouvé cela extrêmement osé mais super excitant. J’étais très jeune quand j’ai vu ce film et jamais je n’aurais osé réaliser un tel fantasme. Pour moi, il faisait partie de mon imaginaire érotique, rien de plus. Aujourd’hui à 32 ans, je me sens prête pour passer à l’acte mais j’ai tellement peaufiné le scénario que j’ai peur d’être déçue par la réalité. C'est un fantasme qui nécessite une certaine maturité, je trouve. Il faut être capable de s'abandonner, de prendre le risque d'être soumise à ce qu'on ne connaît pas. Un corps inconnu, c'est comme un voyage, c'est éphémère mais on peut y prendre goût... loin de chez moi. J'aimerais qu'il ne me demande rien et qu'il entreprenne tout en fait. L'idée de ne rien savoir de lui et surtout pas son nom, mais que nous ayons des souvenirs en commun.

Pour moi, idéalement la scène commencerait dans le lobby d’un hôtel de luxe, à Prague par exemple. (J’ai toujours voulu visiter cette ville qui me semble particulièrement romantique.) Je serais seule et ferais une rencontre inopinée avec un homme magnifique. ! A partir de là, il y a plusieurs scénarios possibles. Voici la version la plus complète. Je suis partie seule pour un congrès dans cette ville et à la suite d’un problème de réservation de chambre, je me retrouve dans une superbe suite dans un palace. Une annulation de dernière minute me dit-on.  Sur le moment, cela me semble bizarre mais je suis bien trop contente de cette aubaine pour demander la moindre explication. Perdue dans cette immense chambre, je m’apprête à me faire couler un bain avant  le dîner du soir. La baignoire est à la dimension de la chambre, immense aussi. En attendant, je me mets à l’aise dans un peignoir léger et  appelle le room service pour qu’on me monte un bon café express.   Cinq minutes après, on sonne à la porte, pensant qu’il s’agit du serveur, j’entrebâille la porte pour prendre le plateau. Et oh, surprise ! Je me trouve nez à nez avec un superbe inconnu qui me fait un grand sourire.  Me sentant toute bête, je l’invite à entrer  et trop tard, je réalise que je suis simplement vêtue d’un déshabillé très court et plutôt transparent. Lui ne semble pas gêner du tout. Et il m’explique, en fait, il attendait dans le hall de l’hôtel le taxi qui devait l’emmener à l’aéroport aujourd’hui  pour une raison urgente alors qu’ il avait prévu de garder la chambre jusqu’à demain. Cela l’ennuyait pour l’hôtel qui heureusement m’avait trouvé fort inopinément. - je comprenais mieux pourquoi il m’avait surclassée – si bien qu’il avait pu annuler sa réservation.
Dans sa précipitation, il pense avoir oublié sa chevalière dans la chambre. Avec la plus grande décontraction, il me propose d’inspecter la chambre et suggère que je le fasse avec lui pour aller plus vite. Tout en écoutant son histoire, je remarque qu’il n’a pas l’air particulièrement stressé par son taxi qui l’attend. Au contraire, il s’est assis avec la plus grande décontraction sur mon lit et semble  parfaitement à l’aise comme si la situation lui semblait normale. Moi, je n’écoutais plus grand-chose tellement mon esprit était ailleurs. Il était follement séduisant,  je regardais avec intensité sa bouche qui me semblait si voluptueuse, ses mains si sensuelles. J’avais de plus en plus de mal à cacher mon trouble. Brutalement, il s’arrêta au milieu d’une phrase : Vous ne m’écoutez pas ? dit-il. Non, non, je suis tout à vous – répondis-je en rougissant après coup du double sens de mes paroles. Brusquement, il changea de ton, sa voix se fit douce : De toute façon, maintenant que les présentations sont faites, passons aux choses sérieuses. Ces paroles ont provoqué chez moi une formidable  montée du désir. A partir de ce moment-là, je peux dire que nous n’avons plus échangé un mot. Nos gestes, nos soupirs et nos regards ont suffi à nous guider. Ce fut long et très intense. Au petit matin, il avait disparu. Seule trace de son passage, un numéro de téléphone griffonné sur un bout déchiré de carte de visite. J’ai hésité longtemps puis me suis décidée à l’appeler le lendemain. C’était un mauvais ou un faux numéro. Je ne le saurai jamais. Peut-être ai-je fantasmé cette histoire mais je garde ce papier comme une relique. ».
Finalement, Marie-Caroline pense avoir tous les ingrédients pour que son fantasme puisse devenir réel. « Ca tombe bien parce que mon nouveau job m’oblige à me déplacer beaucoup. A la prochaine occasion, je suis décidée à sauter le pas. Mon prochain déplacement sera pour Budapest. Peut-être faut-il y voir là un signe du destin ».

Comment this article

To comment on this article in the forum you must be registered and logged.

Comments (0)



Noëlla

Noëlla est très myope et préfère porter des lunettes que de mettre des lentilles « J’aime pouvoir jouer avec mes...

Pamela

Pamela aurait aimé être vétérinaire mais la vie en a décidé autrement. « Ce qui me plaisait, c’était le côté « Dr...