Leave your comments
accèdez à nos discussions

Coucher avec une star


Coucher avec une star, représente pour beaucoup dans la réalité un rêve absolu. Pour beaucoup, ce rêve a peu de chance de se réaliser mais cela n’empêche pas de nourrir les fantasmes. Selon les études, c’est le cas pour plus d’un tiers des hommes et des femmes, à parité presqu’égale.  L’univers de ces stars se prête bien à la mise en scène glamour et sophistiquée que certains aiment développer dans leurs fantasmes.  Peut-être faut-il y voir aussi un avatar fantasmagorique de l’attirance qu’ont certains fans pour leur star préférée. Historiquement, au départ, les groupies étaient des espèces de geishas qui suivaient leur artiste ou leur groupe fétiche de ville en ville, faisant office d'assistante, de guide souvent sexuel et leur apportant tout le réconfort possible.  Cette activité s’est beaucoup professionnalisée ces dernières années. L’attirance de ces fans peut aller loin comme cette jeune fille, prétendument enceinte de Justin Bieber quand il avait 17 ans. Rappelons que la chanson symbole du harcèlement de la groupie c’est celle Michael Jackson,  c’est Billie Jean, où le chanteur clame Cet enfant n’est pas de moi. A noter que chez les stars féminines, on observe moins ce phénomène. On parle plus de fans que de groupies et les relations sont plus platoniques. Au Panthéon des stars admirées, désirées, fantasmées par les femmes, les acteurs figurent en tête de liste. Brad Pitt, George Clooney, Jean Dujardin incarnent les nouveaux visages de la séduction réelle ou rêvée. Derrière eux viennent les sportifs et les chanteurs.

A la fois proches et lointaines, ces vedettes nous sont à la fois familières et totalement inaccessibles. Grâce à la presse people, nous pouvons suivre à la trace chaque épisode de leur vie. Il est vrai qu’elles assurent de mieux en mieux le service après-vente . Entre photos faussement volées pour la plupart, buzz vrai ou faux, interview plus ou moins démenties…, les sources ne manquent pas. Il y a matière à alimenter bien des fantasmes.
Patrica se souvient de son adolescence difficile. « Une période horrible. On avait dû quitter le Sud pour s’installer dans cette petite ville de Picardie. Je suis arrivée en pleine année scolaire. Et puis mon père est décédé peu après. L’horreur ! Personne à qui parler. Je me suis réfugiée dans la lecture des magazines  people.  Je savais tout sur eux. Mais l’idole absolu, c’était Claude François. Je collectais tout sur lui. Il était dans tous mes rêves. Je suis mariée mais c’est toujours ce type d’homme qui me fais fantasmer. »
En idolâtrant une vedette,  on serait donc tenter de se forger un modèle pour se construire et ainsi pallier une image défaillante ou absente du père ou de la mère. Avec plus tard,  comme prolongement : fantasmer,  coucher avec un homme ou une femme célèbre. « Dis-moi avec qui tu rêves de coucher et je te dirai qui tu es . » La star servirait donc de catalyseur à notre imaginaire érotique, venant se substituer comme figure tutélaire et protectrice à une réalité décevante. Beaux, sexy, reconnus dans leur domaine, ils subjugent petits et grands. Thibault 11 ans aime Zorro,  pendant que sa sœur Dorine, 16 ans, voue un culte à l’acteur Antonio Banderas.

Rien ne nous empêche de nous imaginer comme étant au centre des désirs de  ces figures  sublimées,  incarnations du luxe, de la réussite et de la beauté,  redevenant ainsi le petit enfant, trésor chéri de ses parents. Une posture symbolique qui peut nous aider à retrouver une certaine confiance en nous, à nous réinvestir narcissiquement en nous exposant symboliquement dans la proximité de ces stars. Après tout, on peut toujours s’imaginer qu’une partie de ces poussières d’étoile rejaillit sur nous. Si ces personnes (extra)-ordinaires posent le regard sur nous, si nous sommes capables de susciter leur désir, c’est peut-être qu’après tout, on le vaut bien.  Fréquenter la notoriété a aussi un prix. Cela est d’autant plus valorisant pour nous que ce corps-à-corps avec la star est supposé être à son initiative. On pourrait penser que c’est elle qui a été séduite par vous. George Clooney (encore lui !) a eu le coup de foudre, voici quelques années, pour une jeune étudiante française rencontrée dans un bar à Montparnasse. Pendant plusieurs mois, cette jeune femme eut le privilège de s’afficher comme compagne officielle d’un des sex-symboles du cinéma. Depuis, on le sait, il est passé à d’autres choses et semble préférer les Italiennes. Dans le monde du spectacle, la réalité n’est jamais loin du rêve.
Clara a un fantasme régulier : « Je me trouve dans un dîner au milieu de gens importants. Au début, personne ne fait attention à moi. Arrive en retard un célèbre acteur. Très vite, il ne regarde plus que moi et semble tétanisé. Du coup, tout le monde s’empresse autour de moi. Je fais régulièrement ce rêve quand je me sens déprimée, inquiète. Cela m’aide à me remotiver. »
Clara a envie de séduire mais comme elle manque complètement de confiance en elle, elle compte sur la chance pour lui faire rencontrer son Prince Charmant.
Le fantasme de Jackie est encore plus précis : « Depuis que j’ai vu « Sur la route de Madison », je suis comme envoûtée par Clint Eastwood. Je connais par cœur chaque plan du film et je me refais un scénario où c’est moi qui tient le rôle de Meryl Streep. Et je n’imagine qu’une fin heureuse. Ce fantasme plus ou moins érotique selon mes envies me fait littéralement jouir. »
Comment après un tel nirvana, redescendre sur terre. Jackie a du mal à regarder les hommes qui font moins 1m90 (La taille de l’acteur). « La réalité me semble fade. J’ai le sentiment d’avoir tout raté, de n’être rien. » Sa meilleure amie ne comprend pas son attitude. Elle aussi avoue avoir ce type de fantasme mais uniquement pour inciter finalement son compagnon à faire un peu plus de sport pour se rendre plus désirable. «  le film m’a donné l’idée d’organiser un bain érotique avec lui. Il a beaucoup apprécié. »
Passer à l’acte avec ce type de fantasme n’est pas facile, surtout si l’on a attend un âge mûr. Béatrice n’a pas connu de grandes célébrités internationales mais elle a eu l’occasion de passer une nuit avec un auteur célèbre.
« Cela se passait à la foire de Brive. L’ambiance était encore  bon enfant à l’époque. Auteurs, éditeurs, public, appréciaient de se mélanger sans esprit élitiste. Tout se déroulait à la bonne franquette. Si bien qu’un soir, après un dîner bien arrosé, j’ai invité un de mes auteurs fétiches à prendre un dernier verre chez moi. Cela faisait déjà deux jours que je n’avais que ça en tête. Et puis, c’était le dernier soir donc maintenant ou jamais. En fait, je me suis retrouvé avec un petit bonhomme,  assez laid physiquement et surtout très empoté. Il n’a rien pu faire de la nuit et m’a avoué qu’il n’avait pas fait l’amour depuis 5 ans ! Quelle désillusion. Finalement, cela a été une bonne leçon pour moi. Je me suis mise soudain à trouver beaucoup de qualité aux hommes qui m’entouraient. »
Peut-être ne vaut-il mieux pas s’approcher trop près des étoiles ?

Comment this article

To comment on this article in the forum you must be registered and logged.

Comments (0)



Mon mari et moi

Bonjour, je m’appelle Clara, j’ai 35 ans et je vis avec mon mari Michael depuis 16 ans. Nous sommes un couple très uni,...

La Fellation

Chloé maîtrise à la perfection le langage de la fellation. « Ces mots savoureux décrivent bien selon moi le côté...