Leave your comments
accèdez à nos discussions

Filmer ses ébats


On sait que le réalisateur est un peu voyeur. D’ailleurs ce thème a donné quelques chefs d’œuvre du cinéma. Dans  Sexe, mensonges et vidéo, le cinéaste Steven Soderbergh choisit de filmer les confessions intimes de personnages mal dans leur peau. Leur libido est ainsi exposée dans une ambiance glaciale sous la forme d’une logorrhée verbale ininterrompue.  Cet effet grossissant, zoomé qu’offre le cinéma sur les aspects les plus personnels de nos vies est bien connu. Cela peut mettre mal à l’aise mais cela fascine également.

L’œil de la caméra peut aussi nous permettre de nous observer comme si l’on était derrière un trou de serrure. On devient ainsi le voyeur de soi-même. Suite logique du visionnage de film X, nombreux sont ceux qui ont le fantasme d’immortaliser leurs performances à l’aide d’une caméra.  Comme une envie de poursuivre le corps-à-corps derrière l’œil de la caméra ou peut-être de lui prêter aussi un rôle dans ces ébats. Bref, une autre envie de se rincer l’œil.

Ce fantasme, aujourd’hui relativement facile à mettre en place avec les technologies actuelles, n’a rien d’inquiétant. Bien au contraire puisque vous souhaitez le faire à deux. Il peut simplement indiquer que vous cherchez à épicer votre relation, à la rebooster pourrait-on dire.
Après tout la vision de vous deux corps nus  dans des postures érotiques suffisamment explicites devraient suffire à vous émousser  à condition de ne pas oublier que la caméra est le 3ème larron et que son œil n’est pas neutre.

Quelle place occupez-vous dans ce fantasme ? Etes-vous un « pur » spectateur, un des acteurs ou le réalisateur ? Tout est affaire de regard. A vous de vous répartir les rôles qui peuvent d’ailleurs évoluer.
« Depuis que mon copain et moi avons pris l’habitude de regarder un film porno chaque week-end, je ne peux m’empêcher de revivre certaines séances dans mes fantasmes les plus intimes. A chaque fois, c’est moi l’actrice principale. J’ai vraiment envie de passer à l’acte. J’attends la bonne occasion pour lui en parler » confie Gina.

En attendant ce moment, voici quelques conseils pour Gina et pour les autres. La réalisation de ce fantasme en couple correspond à une certaine forme de liberté et d'érotisme, mais à une condition: le respect et la liberté de l'autre et l'accession à un plaisir partagé.
Pour que la vidéo soit réussie, il faut avoir avant tout un goût prononcé pour l’exhibitionnisme (même si le public est normalement restreint)  et un partenaire consentant. Filmer à son insu pourrait avoir des conséquences fâcheuses sur votre relation, être vécue comme une forme de tromperie. Une fois ces conditions réunies, il vous faut avoir du bon matériel pour passer à l’action : une caméra, un téléphone avec caméra vidéo, la webcam de votre ordinateur  ou un appareil photo doté d’une fonction caméra feront l’affaire. On conseille d’utiliser du matériel déjà éprouvé pour éviter les pannes ou les déconvenues techniques.

Au cas où vous souhaiteriez donner une certaine publicité à vos ébats, de nombreux sites sur Internet vous proposent de mettre en ligne gratuitement votre vidéo. Pour les autres, rangez soigneusement ces cassettes et évitez de laisser toutes traces sur votre ordinateur surtout si vous avez des enfants.

Certains sont ravis d’être passés à l’action. « Cela a mis du piment dans notre couple. C’était bien utile après 4 ans de relation » (Marlène).  Axelle ne partage pas le même enthousiasme : « je l'ai déjà fait et j'en garde pas un super souvenir... déjà parce que je me suis trouvée ridicule ensuite parce qu'on avait chacun un exemplaire de la vidéo... et à chaque dispute c'était l'angoisse. Tout comme les photos d'ailleurs. » Ambiance,  ambiance…

Autre point, filmer, cela s’apprend. Certes, on peut maintenant réaliser facilement une vidéo. Le cadrage, l’éclairage, la profondeur de champ… tout a son importance. Filmer la sexualité, ce n’est pas simplement croire que plus on zoome, plus on se rapproche de la réalité. C’est souvent le plus sûr moyen de se rapprocher de la pure vulgarité alors que votre but est de trouver le rendu un tant soit peu excitant. Alors, essayez de connaître votre meilleur profil, et ce qui sera le plus joli sur un petit écran ou une photographie. Évitez les positions trop explicites, où tout est dévoilé de façon crue et vulgaire. Souvenez-vous : suggérer est beaucoup plus érotique et sensuel qu'un grand déballage. Surtout si c'est votre première fois.

Une fois que vous aurez appuyé sur le petit bouton rouge, établissez les règles du jeu. Préférez-vous faire comme si la caméra n'existait pas et vous concentrer uniquement sur ce qu'il se passe dans votre lit, pour un résultat, au final, naturel? Ou avez-vous plutôt envie de jouer avec l'appareil? Parfois, il est conseillé d’improviser un petit scénario, cela limite les risques de loupé.

Coralie qui se faisait une fête de sa première vidéo, a vécu une grosse désillusion «  Voir en gros plan  le visage de mon compagnon en train de prendre son pied n’avait vraiment rien d’érotique. Ce fut même l’inverse. Quant à moi, je n’ai pas osé aller jusqu’au bout tant je me suis trouvée horrible. »

La chair mise à nu, c’est parfois rédhibitoire. Cela peut provoquer l’inverse du désir. Votre conjoint risque de ne jamais plus vous voir de la même façon. Les vergetures, la cellulite, la peau relâchée qu’il ne voyait (ou ne semblait) pas vraiment voir  - même quand vous étiez à la plage - sous une lumière crue, c’est pas terrible. Idem pour lui, personne n’est à l’abri. On sait qu’il n’y a pas seulement des jeunes de 20 ans, athlétiques et bronzés qui font l’amour. C’est pour cela que la « mise en boîte » de vos ébats nécessite un peu de préparation.

Pour Valérie, cela a été une façon de sédimenter son couple. « Pour nous, ces vidéos, c’est comme des souvenirs de famille. On en a presqu’une dizaine et l’autre soir, j’ai surpris mon compagnon en train de se masturber devant l’une d’entre elle. Cela m’a fait plaisir. »
Toutefois,  une fois que les ébats enregistrés ou photographiés auront été vus et revus, nul besoin de les conserver. Avec les réseaux sociaux, et les appareils numériques qui peuvent vous être dérobés (tablettes, smartphones), il serait dommage de craindre pour la diffusion de ces images ou films à l'avenir. Et puis, si une rupture se déroule mal, mieux vaut anticiper et éviter les risques de chantage.

Aujourd’hui sur le Net, on assiste, dans le domaine du X,  à une mutation vers des produits beaucoup plus violents et nettement moins peaufinés que les productions traditionnelles qui obéissent à des cahiers de charge précis pour être diffusés sur Canal + par exemple. Ce  marché du ne s’embarrasse pas de finesse artistique ou éthique et draine une quantité incroyable  de vidéos à usage privé à l’origine. Sans précaution au préalable, vous pouvez vous retrouver sur ce marché « hardcore » où la plupart des produits sont en accès libre et gratuits. A moins que vous n’ayiez une vocation subite ou une vocation tardive de star mondiale du porno, il est conseillé de savoir « protéger » ses rapports à tous les niveaux.

Et puis, dernier avatar des films érotiques, voici maintenant les sextapes, produits de marketing hyper léchés, à la fois bling-bling et glamour. Avec eux, on reste dans le porno chic  « mainstream », héritiers de Hugh Hefner et de Larry Flint avec une pointe de suggestion plutôt sophistiquée. Il s’agit de faire voir, un peu mais pas trop en repoussant toujours plus loin les limites de la décence. Tout pour (r)assurer.  Popularisées par des stars ou des « pipoles », telles Pamela Anderson, Kim Kardashian ou encore Britney Spear, cette nouvelle mode fait fureur depuis quelques années et s’est imposée comme une étape incontournable de tout lancement médiatique. Figurer dans une sextape peut faire de vous une véritable star comme les films pornos. Qui n’a pas eu envie de mater la dernière sextape de Paris Hilton, ne serait-ce que par curiosité ? Grâce au développement des nouveaux supports numériques, beaucoup ont envie de s’y mettre sans penser toujours aux conséquences et aux dérapages possibles car ces vidéos, majoritairement faites pour être mises sur le net, sont destinées à faire du buzz et pas toujours au profit des personnes qui y figurent. La sextape est idéale pour se faire plaisir et et garder de bons souvenirs. Elle est originalement destinée à un usage purement privé sauf dans le cas où les deux partenaires sont d’accord pour que leurs ébats sexuels soient rendus publiques. C’est ce qui fait la différence de la sextape avec le film pornographique. L’autre est tourné par des particuliers sont aucune intention de publication tandis que l’un est effectué par des professionnels, des acteurs pornos.

Comment this article

To comment on this article in the forum you must be registered and logged.

Comments (0)



Au bureau avec mon patron

Bonjour, je m’appelle Déborha, j’ai 29 ans et je vais vous raconter ce qui m’est arrivé au boulot. Tout d’abord je vais...

J'ai sucé un inconnu dans le train

Je m’appelle Coralie, j’ai 24 ans, je suis blonde, les yeux bleus, 1m62, avec de beaux gros seins et une taille bien...