Leave your comments
accèdez à nos discussions

Trio mon homme, moi et une autre femme


Les fantasmes sont les moteurs du désir. Ils permettent, comme la masturbation mais d’une façon différente, d’affiner notre propre quête du plaisir et de savoir quelle sexualité nous correspond le mieux (soumise, violente, volage…). Les fantasmes sont notre seul espace de liberté, inviolable, infranchissable. Les variables du fantasme sont infinies, mais il y a des tendances.  

Parfois, il vous arrive de rêver qu’une troisième personne, femme de préférence, participe à vos ébats de couple ?  Vous n’êtes pas la seule.  En effet, coucher avec deux femmes à la fois n’est pas un fantasme strictement masculin, puisque un grand nombre  d’entre elles selon les enquêtes rêveraient d’un tel trio.  Ces données n’étonnent pas le sociologue de la sexualité Michel Dorais, de l’Université Laval. «?Deux femmes  ensemble, c’est considéré comme de l’érotisme. On en voit dans presque tous les films pornos. Mais deux hommes ensemble, c’est une autre histoire?!?»

Chaque femme a son type de fantasme qui obéit à des règles spécifiques  avec des scénarios sexuels élaborés, dans lesquels l’enchaînement, l’ambiance, le contexte et les préliminaires prennent une place importante. C’est un peu comme une salle de cinéma privée dans laquelle on projetterait des scènes qui viennent de notre passé, de notre inconscient de façon très spontanée. Ce fantasme sexuel relève de l’imaginaire, il ne constitue pas une scène que l’on voudrait nécessairement vivre. Mais par son truchement, nous pouvons repousser les limites de certaines notions culturelles comme celles de la féminité et de la masculinité, de l’orientation sexuelle ou plus simplement de ce qui est considéré comme décent ou indécent. Ainsi une femme peut choisir d’être agressive sexuellement ou afficher des fantasmes homosexuels sans craindre de voir remise en cause sa véritable orientation sexuelle. Les femmes peuvent ainsi rester des femmes pures, honorables et naïves parce qu'elles sont sous l'emprise d'un(e) "sadique" qui leur fait faire des choses qu'elles ne veulent pas. Alors que si elles exprimaient le désir d'avoir des pratiques sexuelles scandaleuses, elles perdraient leur honorabilité et leur statut. Rester la Madone tout en jouant à la putain, toute l’ambivalence des femmes est là.

Le désir de faire l’amour à trois prend sa source dans la période œdipienne, lors de notre première élaboration d’un scénario sexualisé, qui pose notamment la question de notre place face au couple parental. Selon l’histoire de chacun, nous en retiendrons le besoin d’être activement la clé de voûte de ce triangle, simple voyeur ou objet dans les ébats. Et, selon nos scénarios primitifs, nous serons amenés à fantasmer la relation avec un couple mixte, à l’image de ce premier schéma. Nous rechercherons alors à faire jouir la personne du sexe opposé, devant celle du même sexe, sans perdre ni l’intérêt ni l’amour de cette dernière. Ou bien nous nous tournerons vers un tandem de sexe opposé, affirmant ainsi notre position d’être unique, la puissance de notre spécificité sexuelle. Fantasmé, vécu ou pas, ce désir appartient à chacun d’entre nous, hommes et femmes.

La plupart des couples recourent à l’amour à trois pour éviter d’être infidèles. Le sexe à trois, c'est bien mais avec qui?  Le fantasme majoritaire, chez les hommes comme chez les femmes, inclut une autre fille plutôt qu’un autre mec. S'imaginer faire l'amour à trois symbolise souvent un vide dans sa vie sexuelle. L'auteur du fantasme a régulièrement besoin de nouveauté, de piment.  Cela reflète aussi une éducation stricte où l'éveil à la sexualité était quelque peu bridé. Dès lors que le désir est accueilli tranquillement par la femme, n’est-ce pas une façon pour elle de jouir en toute légitimité de ce plaisir d’être l’unique, de se sentir pleinement un être sexué et reconnu comme tel, sans passer à l’acte ?

En outre, beaucoup de femmes se plaignent souvent que leur compagnon ne soit plus assez "voyeur" avec elle dans la vie courante. Leur exhibitionnisme ne fonctionne plus, il est donc transformé en fantasme, et elles peuvent donc imaginer qu’un homme soit excité par leur corps, se masturbe en les regardant faire l’amour à une autre femme qui pourrait être leur pendant symbolique. Contrairement aux hommes, elles sont également plus décomplexées et curieuses d'assouvir leur part d'homosexualité. Cela peut être une manière de faire une nouvelle expérience sans avoir l'impression de tromper leur compagnon et encore moins de le quitter.

Lady Gaga n’a-t-elle pas déclaré que si Taylor était partant, elle ne serait pas contre une petite partie de triolisme avec une autre femme, l’artiste n'ayant jamais caché sa bisexualité. Toutefois, faire l'amour avec une femme ne révèle pas une homosexualité refoulée.  S'imaginer avec une autre, plus sensuelle et experte, c'est jouir avec une personne qui sait exactement ce qui vous ferait plaisir. Sans doute cela vous fait-il défaut dans votre vie quotidienne.

L’interdit peut les pousser à refouler ce désir au point de ne même pas imaginer qu’une telle situation puisse exister. Pourtant, c’est dans la vie réelle, c’est  l’un des fantasmes les plus réalisés. Il se trouve d’ailleurs des spécialistes pour affirmer que les fantasmes peuvent enrichir la sexualité. Pour le prouver des études ont été menées auprès du public féminin.  Des femmes ont été invitées à réaliser  des scénarios de leur choix choisis dans une liste de fantasmes qu’elles avaient elles-mêmes élaborés. Les résultats ont montré que leur niveau de satisfaction  sexuelle était plus haut chez toutes après avoir concrétisé. Ce qui est certain, c’est que faire l’amour à trois, selon que l’on soit en couple et que veuille faire intervenir une troisième personne ou trois adultes célibataires, impose des règles de base comme la confiance, la disponibilité et le dialogue.

Des sexologues mettent en garde : «Une bonne partie des gens qui réalisent leurs fantasmes se rendent compte qu'ils ont idéalisé le scénario. Confrontée à la réalité, l'expérience peut être grisante, mais aussi décevante. Si ça tourne mal, ce n'est en général pas dramatique, mais cela peut fracasser un équilibre déjà précaire.»  C’est l’expérience qu’en a fait Marianne : « C’est dur de vivre ses fantasmes dans le vie réelle. Avec mon copain, on a essayé un soir avec ma meilleure amie. Un sacré fiasco pour moi en tout cas. Je n’ai pas supporté de le voir prendre son pied ainsi devant moi. »

Le  sexologue clinicien Alain Gariepy qui a mené une grand étude sur le sujet, conseille : «Il ne faut pas se lancer sans préparation, parce qu’on a pris un verre de trop, mais prendre conscience à l’avance qu’on va partager l’être aimé. Sinon, il y a risque de traumatisme à voir l’autre jouir entre les bras d’un tiers.»

Vous pouvez également suivre le conseil de Samantha, celle de Sex and the city,  la seule bonne manière de réussir un «trip à trois», c'est «d'être l'artiste invité : tu incarnes la nouveauté et tu t'épargnes les conflits de couple du lendemain!»

Comment this article

To comment on this article in the forum you must be registered and logged.

Comments (0)



Sandra

En haut d’un gratte-ciel, dans la cabine d’un yacht ou le dressing d’une villa de luxe, Sandra n’a pas encore réalisé...

J'ai sucé un inconnu dans le train

Je m’appelle Coralie, j’ai 24 ans, je suis blonde, les yeux bleus, 1m62, avec de beaux gros seins et une taille bien...